Tout savoir sur la lune de sang

Les positions de la Terre, du Soleil et la Lune se modifient en permanence. En 27,3 jours, la Lune tourne en orbite autour de la Terre. Elle tourne sur elle-même sur une même période de temps. Eclairée par le Soleil, elle est plus ou moins visible selon sa position dans le Système solaire. Son apparence, vue de la Terre, détermine la phase lunaire.

La nouvelle Lune, combinée à l’alignement du Soleil, de la Lune et la Terre, produit l’éclipse de Soleil. L’éclipse de Lune se manifeste à la pleine Lune, lors de l’alignement du Soleil, de la Terre et de la Lune : la Lune est alors appelée « Lune de sang ». Cet évènement rassemble tous les amoureux de la nature mais surtout les plus passionnés d’astronomie !

 

Un phénomène rarissime : « la Lune de sang » ou « bloodmoon »

Annuellement, une ou deux éclipses lunaires peuvent être observées. La première de l’année 2018 a eu lieu le 31 janvier. La « super Lune bleue de sang » était un spectacle particulièrement rare, observable en Amérique du Nord, en Russie, en Asie et de l’Océan Pacifique. « Bleue » ne se réfère pas à la couleur mais à la rareté de l’événement, visible tous les deux ans et demi.

La seconde éclipse lunaire s’est déroulée dans la nuit du 27 au 28 juillet. Notre Terre passe généralement au-dessus ou au-dessous de la ligne Soleil-Terre. Ce soir-là, le Soleil, la Terre et la Lune se sont alignés pour que se manifeste la plus longue éclipse totale du XXIe siècle : elle a duré 103 minutes. La Lune était dans l’ombre de la Terre, elle s’est assombrie graduellement. Privée de sa source lumineuse, elle n’était pas entièrement cachée. Devenue grise, elle s’est parée d’une couleur rouge cuivrée : la « Lune de sang » a alors été observée en Europe, en Asie et en Australie, partiellement ou totalement. L’est de l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Inde étaient favorisés. La France n’a vu que la dernière étape. Mars, proche de notre planète et diamétralement opposé au Soleil, était également présente.