Course 10 km en compétition : des stratégies efficaces pour réussir

Vous avez décidé de participer à une course de 10 km et cherchez la bonne tactique afin de finir la course en beauté. Quelques stratégies pour bien gérer la course.

Comment gérer une course de 10 km ?

Vous adorez la course à pied et souhaitez commencer le running par une course de 10 km ? Bon choix ! Si vous avez suivi un plan d’entraînement adapté à cette épreuve, tout devrait aller pour le mieux ! Mais avant de vous aligner sur la ligne de départ, il reste une dernière chose à savoir : comment gérer chaque kilomètre de la course ? C’est important si vous souhaitez que tout le travail effectué en amont porte ses fruits. Voici des stratégies efficaces pour vous aider à bien gérer la course.

Des stratégies efficaces pour bien gérer chaque kilomètre de la course

  • 1er km :

Toutefois, quand on participe à une course de 10 km, on a tendance à partir plus vite dès le départ en pensant prendre un peu d’avance. Or, c’est une erreur fatale ! Certes, vous voulez arriver parmi les 10 premiers, mais cela ne veut pas dire qu’il faut s’enflammer dès le départ. La stratégie la plus efficace est de courir à l’allure moyenne que vous pensez tenir jusqu’à la fin de la course.

  • 2ème km :

Vous êtes maintenant bien entré dans la course. Il est alors temps de trouver le bon groupe de coureurs avec qui vous allez passer quelques kilomètres. Choisissez un groupe qui possède le bon rythme, qui ne court pas trop vite ni trop lent.

  • 3ème km et 4ème km :

Le cardio est déjà bien haut, mais il faut toujours continuer la course en passant en mode croisière. Il est temps d’augmenter un peu le rythme et avoir une bonne foulée. Souvenez-vous de ce que vous avez noté dans votre carnet d’entraînement.

  • 5ème km et 6ème km :

La fatigue commence à se faire ressentir, mais pas question de baisser le rythme si vous souhaitez finir parmi les 10 premiers coureurs. Il faut faire de votre mieux pour maintenir le rythme ou même accélérer un peu.

  • 7ème km :

Vous rapprochez maintenant de la ligne d’arriver. Pas question alors de lâcher prise ! Maintenant, il faut pousser au-delà de vos limites. C’est ici que vous allez doubler les coureurs qui sont partis plus vite dès le départ.

  • 8ème et 9ème km :

Les muscles commencent à faire mal. On a parfois tendance à ralentir un peu, mais il faut garder le rythme.

  • 10ème km :

La ligne d’arrivée n’est pas loin. Il est temps de mettre tout ce que vous avez même si vous avez l’impression de ne plus pouvoir tenir debout. Il faut maintenant courir au seuil anaérobie.